06 avril 2011

Maybe some day you forget what it's like to be human and maybe then, it's ok (Eastwood, 5)

Dernière partie du dossier. Aujourd'hui, comment Clint Eastwood est devenu l'un des plus grand cinéastes du monde. Clint Eastwood, le cinéaste de l'Americana, reconnu par la critiqueLors de la sortie de Gran Torino en 2008, Franck Kausch précise dans le numéro 577 de mars 2009 que le film est une nouvelle fois une « peinture de l'Amérique profonde, plus que jamais multicommunautaire, que le cinéaste peint avec une chaleur dignes des grands maitres de l'Americana, un Ford ou un Capra ». Cette comparaison avec ces grands... [Lire la suite]
Posté par valmaroc à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

05 avril 2011

That's right, I'm just a fella now. I ain't no different from anyone else no more (Eastwood, 4)

Deuxième grand axe de notre dossier : après Eastwood acteur, Clint réalisateur. Clint Eastwood consacré réalisateur à travers une vision de l'Americana historiqueL'Americana, ou l'ensemble du folklore et la de la culture américaine, est un thème de prédilection pour Clint Eastwood qui signe en tant que réalisateur des films plus personnels, éloignés des critères commerciaux de réussite d'Hollywood. Des années 1990 à nos jours, il a revendiqué cette attachement à des figures bien peu exploités au cinéma, à travers des films comme... [Lire la suite]
Posté par valmaroc à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
04 avril 2011

Go ahead, make my day (Eastwood, 3)

Comme vous l'aurez compris à la lecture du titre, aujourd'hui c'est au tour de "Harry le Charognard" (ça marche moins bien en VF...) « Dirty Clint » et l'Amérique fasciste ? Sorti en 1971, L'Inspecteur Harry (Dirty Harry) s'inscrit dans la continuité des rôles de Clint Eastwood. Malgré un cadre contemporain, le mythe du western n'est jamais loin, et les valeurs et codes que transmettent le film restent ceux de la Frontier. En dépassant la violence déjà extrême de la Trilogie du dollar, le personnage de « Harry le Charognard »... [Lire la suite]
Posté par valmaroc à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
03 avril 2011

When you shoot, shoot, don’t talk (Eastwood, 2)

La suite du dossier sur Clint Eastwood. Aujourd'hui, la Trilogie du dollar. Du cow-boy sans nom à Dirty Harry : quelle image de l'Amérique ? Clint Eastwood est devenu célèbre et a véritablement acquis le statut d'icône dans la culture populaire à travers le succès de deux de ses plus grands rôles : l' « homme sans nom » de la Trilogie du dollar et l'inspecteur « Dirty » Harry Callahan. Ces deux rôles, un cow-boy silencieux et rapide de la gâchette, et un inspecteur obstiné et violent, ont marqué sa carrière, son cinéma, et... [Lire la suite]
Posté par valmaroc à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
02 avril 2011

Tu vois, le monde se divise en deux catégories (Eastwood, 1)

Oui, je sais, ça fait un bail que j'ai rien posté. Que voulez-vous, entre les concours à passer, les exposés à travailler, les oraux à envisager, et les partiels à préparer... Mais pour me faire pardonner, voilà un gros dossier réalisé pour la fac, pour vous faire patienter : Clint Eastwood et l'américanisation.  Clint Eastwood est né le 31 mai 1930 à San Francisco. Il commence sa carrière à l'écran avec de petits rôles au cinéma et dans des séries B, puis il obtient l'un des rôles phares de la série Rawhide qui lui permet... [Lire la suite]
Posté par valmaroc à 15:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
09 janvier 2011

Meurs dur

Petite tentative de réhabilitation d'un excellent film d'action, à la mise en scène soignée, devenu pratiquement un classique et en tout cas un film culte : Die Hard ou Piège de Cristal.Die Hard, premier du nom, est tout d'abord une formidable vitrine sur les années 80. Quoi de mieux pour se rappeler l'esprit de ces années-ci que d'observer les changements qui ont eu lieu depuis. Dès les premières minutes du film, on sait que l'on est transporté quelques années en arrière. Ainsi, John McClane a le droit de porter un flingue... [Lire la suite]
Posté par valmaroc à 18:37 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,

14 novembre 2010

La BO de ma vie (12)

Un peu de musique aujourd'hui ! Mais le son n'est jamais aussi bon que lorsqu'il est allié à l'image...Qu'est-ce qu'il fait pourri en ce moment à Paris. En même temps il fait pourri toute l'année. Alors voici quelques instants musicaux qui nous ramènent pour ceux qui étaient là au soleil du moi sde mai. C'est le retour de la BO de ma vie, avec un numéro spécial Khannes, où toutes les chansons viennent de films. Il y a bien sûr trois morceaux qui ont marqué le voyage de mon option cinéma au Festival de Cannes. Et le premier... [Lire la suite]
Posté par valmaroc à 17:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
07 avril 2010

Séries télé

<!-- @page { margin: 2cm } P { margin-bottom: 0.21cm } --> Un petit papier sur les séries télés, qu'il ne faut pas reléguer comme un art mineur, car elles prennent de plus en plus d'importance, et qu'elles sont souvent porteuses d'une véritable qualité cinématographiques.Je suis un grand consommateur de films, de musique, mais également dans une moindre mesure de séries télévisées. Et je « consomme » réellement. Car je ne regarde pas la télé : ce n'est pas trop possible dans un foyer, ni ... [Lire la suite]
Posté par valmaroc à 00:01 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
02 avril 2010

Harash

<!-- @page { margin: 2cm } P { margin-bottom: 0.21cm } --> Petit coup de projecteur sur une œuvre que j'ai trouvé vraiment marquante, et qui plus est, qui se passe à Casa !J'ai envie de vous présenter aujourd'hui un film. Ou plutôt un court métrage. Dans tous les cas, un énorme coup de cœur. Faites place, sous vos applaudissement, à Harash, réalisé par Ismaël El Iraki. Ce talentueux jeune réalisateur voulait au départ faire de ce film son projet de fin d'études, à la Femis. Mais celui-ci a... [Lire la suite]
Posté par valmaroc à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
16 mars 2010

De la couleur dans Paris, Texas (2)

Suite et fin du dossier sur la couleur dans Paris, Texas. Avec en bonus track, une photo de la sublime Nastassja Kinski. <!-- @page { margin: 2cm } P { margin-bottom: 0.21cm } --> Le « fil rouge » On peut trouver durant tout le film une symbolique à la couleur rouge, qui serait liée aux trois personnages de Travis, Hunter et Jane. Elle s'impose dès le début du film où la casquette rouge de Travis tranche radicalement avec les tons « naturels » ocres et bleus du désert... [Lire la suite]
Posté par valmaroc à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,